Un train au pied du Mont-Blanc
Histoire et technique du Mont-Blanc Express

Après les Égratz : les Gures, puis le replat de Servoz

Après le tunnel des Égratz, la voie s’engage dans une gorge très étroite, toujours en pente de 90 mm/m. Cet endroit, dénommé les Gures, accueille une centrale électrique EDF, construite initialement pour l’alimentation de la ligne. La voie est toujours surplombé par le viaduc routier.

Cette gorge se termine au lieu-dit le Châtelard, occupé par une aire routière. Après le petit tunnel du Châtelard, la voie débouche sur le replat de Servoz.

Alors que la voie franchit la gorge du Châtelard aux pieds du viaduc des Égratz, l’aiguille du Midi apparaît, encore nimbée de brume, mais déjà imposante et majestueuse.
Alors que la voie franchit la gorge du Châtelard aux pieds du viaduc des Égratz, l’aiguille du Midi apparaît, encore nimbée de brume, mais déjà imposante et majestueuse. La pente est ici de 90 mm/m, soit la plus forte déclivité de toute la ligne.
Une rame Z 850 descend la rampe des Égratz.
Une rame Z 850 descend la rampe des Égratz.
Après une rude montée de 90 mm/m, les pentes deviennent plus douces à l’approche de Servoz.
Après une rude montée de 90 mm/m, les pentes deviennent plus douces à l’approche de Servoz.
Le 17 août 2006, la Z 803/804, en provenance du Fayet, vient d’achever la montée de la pente de 9 % et va entrer en gare de Servoz.
Le 17 août 2006, la Z 803/804, en provenance du Fayet, vient d’achever la montée de la pente de 9 % et va entrer en gare de Servoz. Le panneau routier visible au centre indique quant à lui une pente de 7 %.
Le 17 août 2006, la Z 803/804 quitte Servoz en direction du Fayet.
Le 17 août 2006, la Z 803/804 quitte Servoz en direction du Fayet.
Dernière mise à jour : 25 novembre 2021. © Christophe Jacquet, 2000-2021. Mentions légales et droit d'auteur. Contact. Plan du site.
Fermer