Train Mont-Blanc Express : Saint-Gervais, Chamonix, Vallorcine, Martigny

Chasse-neige

Au départ, les lignes n’étaient exploitées qu’à la belle saison. Mais à partir des années 1930, l’exploitation à longueur d’année a forcé les exploitants à s’équiper d’engins de déneigement de la voie, la neige étant très abondante dans les hautes vallées de l’Arve et du Trient.

Chasse-neige CN 4 au Buet.
Chasse-neige CN 4 au Buet. Il s’apprête à s’engager dans la montée en direction du col des Montets. Auteur : Klaus Föhl.
Plate-forme du CN-4.
Plate-forme du CN-4.
Le CN-4 est de conception modulaire. Ici photographié pendant l’été, il a été dépourvu de sa turbine.
Le CN-4 est de conception modulaire. Ici photographié pendant l’été, il a été dépourvu de sa turbine.

Chasse-neige actuels

Chasse-neige Beilhack

En cas de fort enneigement, l’alimentation électrique peut être indisponible (coupure, formation de verglas, etc.). Ainsi, le MC et la SNCF possèdent chacun un chasse-neige diesel Beilhack, qui peut se mouvoir et actionner ses turbines de façon autonome. Les deux engins sont extrêmement semblables.

Il s’agit de véhicules à deux essieux, équipés d’un moteur de 200 ch. Ils sont modulaires : l’été, les turbines de déneigement peuvent être démontées, et il peut servir de draisine ou de petit engin de travaux. On peut par exemple lui adjoindre un bras articulé.

L’exemplaire du MC a été livré en 1982 ; il est immatriculé Tmx 2/2 no 204. Celui de la SNCF, livré le 22 janvier 1984, est immatriculé CN 4.

Le CN 4 est arrivé à point nommé pour seconder le Z 691 (décrit ci-dessous), un chasse-neige électrique qui était à l’époque le principal engin de déneigement côté français. Dès le 26 janvier 1984, il a ainsi été engagé dans le déneigement entre Argentière et Vallorcine, et aller secourir le Z 691, bloqué par une congère près du Buet.

À la fin des années 2000, les TMR ont démotorisé leur chasse-neige Beilhack suite à des ennuis mécaniques à répétition. Il est désormais poussé par l’automotrice bi-mode Boby Xemh 4/4 no 6.

Étrave SNCF

Afin de dégager plus largement les sillons tracés par le CN 4, l’EMB a mis au point, à partir de l’hiver 2006-2007, un chasse-neige à étrave. L’ouverture des ailerons est réglable ; une valeur de 25° a été retenue pour le moment.

Cette étrave est fixée à l’avant du wagon trémie U 20205, lui-même poussé par une motrice Z 600.

En raison des conditions d’enneigement difficiles sur la ligne, la SNCF dispose de plusieurs chasse-neige. Les premiers d’entre eux ont été mis en service peu après l’ouverture de la ligne, aux débuts de l’exploitation hivernale.

Étraves MC

Le premier chasse-neige du MC, le X2 no 201, date de 1933. C’est un wagon à deux essieux équipé d’une étrave en tôle. Il a été modernisé et équipé d’un attelage Scharfenberg.

Une seconde étrave a été construite entre 1981 et 1983 par les ateliers de Vernayaz, par modification d’un ancien wagon tombereau. Il s’agit du X2 no 203.

Xrote2 no 202 MC

Les ateliers de Vernayaz ont intégralement construit un chasse-neige rotatif en 1942. Il est composé d’une caisse en bois, qui abrite deux moteurs électriques de 150 ch, chacun actionnant une fraise hélicoïdale. Il est poussé par une automotrice qui l’alimente en électricité.

Anciens chasse-neige

Chasse-neige à éperon PLM

Le chasse-neige ECNf 1, vu côté lame.
Le chasse-neige ECNf 1, vu côté lame.
Le chasse-neige ZR 20451 est désormais remisé au Fayet.
Le chasse-neige ZR 20451 est désormais remisé au Fayet.

Les deux premiers chasse-neige ont été construits en 1905 et 1906 par les ateliers PLM d’Oullins. Ils étaient immatriculés ECNf 1 et ECNf 2 par le PLM. Il s’agissait de chasse-neige à éperon, montés sur truck moteur. Ils étaient donc autonomes.

Aujourd’hui, l’ECNf 1 est exposé devant les portes de l’Établissement Mont-Blanc. Quant à l’ECNf 2, il a été intégré au parc SNCF sous l’immatriculation ZR 20451. Utilisé jusqu’à récemment, il s’agissait de l’unique pièce rescapée du matériel PLM d’origine de la ligne.

Il avait cependant été modifié de façon à être intégré au parc des Z 600 : sa motorisation n’avait été conservée que pour les déplacements en gare. En ligne, il était destiné à être poussé devant du matériel récent. À cette fin, il avait été muni d’un attelage Scharfenberg au moment de la réforme des autres véhicules d’origine PLM.

Le ZR 20451 se trouve toujours sur les voies de service du dépôt du Fayet, mais il n’est plus utilisé actuellement.

Z 691 SNCF

En 1962, la SNCF a fait construire un chasse-neige électrique, muni de puissantes turbines à l’avant. Décoré de la même livrée que les autres véhicules Z 600, il est comme eux muni d’un attelage Scharfenberg. Il est porté par un bogie moteur de réserve livré avec le matériel Z 600.

Il est immatriculé Z 691. Ce chasse-neige est automoteur, mais il était toujours poussé par une automotrice Z 600. Il pouvait même fonctionner en tête d’un train régulier, jusqu’à 40 km/h.

Il n’est plus homologué pour circuler en ligne depuis le début des années 2000.

Matériel de service >

Références bibliographiques

Dernière mise à jour : 09/02/2015. © Christophe Jacquet, 2000-2017. Tous droits réservés. Contact. ✓ HTML5.