Train Mont-Blanc Express : Saint-Gervais, Chamonix, Vallorcine, Martigny

Première génération de matériel du Martigny-Châtelard

À la création de la ligne, le MC dispose d’une locomotive à vapeur, de deux locomotives électriques, de huit automotrices électriques à adhérence et crémaillère et de deux automotrices électriques à adhérence uniquement. Il existe également sept voitures voyageurs et seize wagons.

Automotrice ancienne et locomotive à vapeur à Finhaut vers 1910.
Automotrice ancienne et locomotive à vapeur à Finhaut vers 1910.

Locomotive à vapeur HG 2/2 no 1

Le premier véhicule est acquis auprès de SLM Winterthur en 1904. Il s’agit d’une locomotive à vapeur, utilisée pour la pose de la voie entre 1904 et 1906. Elle a ensuite servi de véhicule de réserve jusqu’en 1927, date à laquelle elle est revendue au Tramway du Mont-Blanc (TMB) voisin. Elle a constitué le prototype des locomotives du TMB no 1 à 5, construites par SLM entre 1907 et 1911. Il s’agit de machines à deux essieux tracteurs, qui possèdent de plus une roue dentée pour les sections avec crémaillère.

Locomotives électriques HGe 2/2 no 2 et 3

Les deux locomotives électriques à crémaillère HGe 2/2 no 2 et 3 sont livrées en 1905 et 1907. Elles sont fabriquées par SLM Winterthur ; la partie électrique est réalisée par la Compagnie pour l’industrie électrique et mécanique (CIEM). Elles sont munies de deux essieux moteurs a crémaillère, auxquels les essieux par adhérence sont reliés par des bielles.

Elles sont équipées de quatre systèmes de freinage :

Ces locomotives étaient utilisées pour pousser et retenir les automotrices à adhérence sur le tronçon à crémaillère. Elles ont été revendues en 1930 au chemin de fer Bex-Villars-Bretaye.

L’automotrice 15 quitte Vernayaz.
L’automotrice 15 quitte Vernayaz. Auteur : Trams aux Fils.
Matériel ancien à quai à Vernayaz, automotrice 15 en tête.
Matériel ancien à quai à Vernayaz, automotrice 15 en tête. Auteur : Trams aux Fils.
Automotrice dans la section à crémaillère, à l’approche du tunnel des Charbons.
Automotrice dans la section à crémaillère, à l’approche du tunnel des Charbons.

Automotrices BCFeh 4/4

Le MC commande également des automotrices capables de fonctionner aussi bien en simple adhérence que sur crémaillère. Le châssis, la caisse et l’aménagement intérieur sont réalisés par Schweizerische Waggonfabrik Schlieren (SLS), les bogies par SLM Winterthur. L’équipement électrique est fourni par CIEM (numéros 1 à 3) ou par la Maschinenfabrik Oerlikon (numéros 11 à 15). Un compartiment à bagages est situé au centre de l’automotrice, de part et d’autre duquel se trouvent un compartiment de seconde et un compartiment de troisième classe. Une cabine de conduite se trouve à chaque extrémité. La conduite peut également se faire depuis une voiture-pilote, grâce à une transmission électrique des ordres du manipulateur.

Les automotrices sont de type BB. Leurs quatre moteurs développent une puissance totale de 176 kW, ce qui leur permet de remorquer une voiture voyageurs ou deux wagons. Elles disposent de quatre dispositifs de freinage :

Elles sont munies d’un régulateur de vitesse qui est enclenché en déclenché automatiquement à l’entrée et à la sortie de la section à crémaillère, par action mécanique. Il actionne le frein à air comprimé si la vitesse dépasse 9 ou 10 km/h.

Ces automotrices sont d’abord immatriculées BCFeh 4/4 (compartiments de 2e et 3e classe, fourgon, véhicule électrique et à crémaillère, quatre essieux moteurs sur quatre). Elles disposent de 24 places en 2e et 28 ou 24 places en 3e. Lors de la réforme des classes en 1956 (suppression de la 3e classe), elles sont renommées ABDeh 4/4 (compartiments de 1re et 2e).

L’automotrice no 15 a été préservée par l’association TNT (Train nostalgique du Trient). Elle assure ponctuellement des trains historiques entre Martigny et Vernayaz.

Automotrice n<sup>o</sup> 22 à Martigny.
Automotrice no 22 à Martigny. Auteur : Trams aux Fils.

Automotrices BCFe 2/4 no 21 et 22

Deux automotrices en simple adhérence sont livrées en 1908. Elles sont numérotées BCFe 2/4 no 21 et 22. Elles possèdent un seul moteur par bogie (d’où la dénomination 2/4), mais tous les essieux sont moteurs. La partie mécanique est fournie par SLS, la partie électrique par la CIEM. La disposition intérieure est similaire à celle des automotrices BCFeh 4/4, avec 8 places en 2e classe et 32 places en 3e. Leurs deux moteurs développent une puissance totale de 110 kW39.

Automotrices CFeh 4/4 no 31 et 32

Lors des travaux du barrage de Barberine par les CFF, le Martigny-Châtelard est choisi pour transporter le personnel et le matériel. Comme la compagnie ne dispose pas de matériel roulant suffisant, les CFF font construire deux automotrices CFeh 4/4 no 31 et 32. Elles sont conçues pour tracter des trains de marchandises, mais disposent d’un vaste fourgon et d’un compartiments voyageurs (16 places en 2e classe). Construites par SLM (bogies), SWS (châssis, caisse) et Oerlikon (équipement électrique), elles développent une puissance totale de 295 kW.

À la fin des travaux en 1926, elles sont réaménagées avec un compartiment voyageurs de 3e classe supplémentaire offrant 16 places. Les automotrices, ré-immatriculées BCFeh 4/4, puis ABDeh 4/4 après la réforme des classes, assurent principalement les trains de marchandises et de travaux.

L’ABDeh 4/4 no 32 a également été préservée par l’association TNT et participe aux trains historiques. La no 31 a été retirée sur service en 2003, et ferraillée les 12 et 13 octobre 2011 à Châtelard-Frontière.

Voitures voyageurs

Huit voitures-pilotes réalisées par SWS complètent les automotrices mises en circulation à l’ouverture de la ligne. Une voiture dite « ouverte » est équipée de châssis vitrés amovibles. Numérotée Bt 51 après la réforme des classes, elle dispose de 48 places de 3e, puis 2e classe. Les sept autres sont « fermées ». Les BDt 61 et 62 comportent 32 places de 3e classes, un fourgon et un compartiment postal. Les no 71 à 75 disposent d’une capacité de 36 places (aménagées en 2e et 3e pour les quatre premières, 2e uniquement pour la no 75), d’un fourgon et d’un compartiment postal.

Z 600 >
Dernière mise à jour : 03/04/2017. © Christophe Jacquet, 2000-2017. Tous droits réservés. Contact. ✓ HTML5.